Vie d’un esclave américain

Frederick Douglass

Né dans une plantation du Maryland en 1818, Frederick Augustus Washington Bailey est esclave de père blanc. En 1825, il est envoyé comme manoeuvre à Baltimore, puis loué à un negro breaker (casseur d’esclaves) en 1834. À 20 ans, en 1838, il s’évade, déguisé en marin, et se réfugie dans le Massachusetts, où il prend le nom de Douglass et participe à des meetings abolitionnistes.

En 1845, il publie ses Mémoires, dans lequelles il dissèque le système esclavagiste. Celui qui avait appris seul à lire et à écrire – persuadé que l’éducation était la clé de la liberté – relate sa vie d’esclave et son émancipation, physique et intellectuelle. Là où les maîtres, « pour parvenir à traiter [l’esclave] comme une bête, [s’habituent] à exercer ce pouvoir qui n’a jamais de comptes à rendre », Douglass sait que la libération passe par la sortie de l’ignorance.

Conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

The maximum upload file size: 10 Mo. You can upload: image, audio, video, document, spreadsheet, interactive, text, code. Links to YouTube, Facebook, Twitter and other services inserted in the comment text will be automatically embedded. Drop file here

Page précédente